Pologne

December 7, 2018

Cap à l'est, dans ma logique de visiter le maximum de pays Européens, parmi ceux à l'est un me manquait encore la Pologne.. Avec l'Allemagne cet été j'ai frôlé les frontières Polonaises, je me faisais une idée froide, glacée de la Pologne, austère et inhospitalière. Grave erreur...

 

 

C'était bien sûr faux, une simple idée forgée par des films, des images lointaines et inexpliquées.

 

 

Après l’atterrissage et en attendant ma compère de voyage venue d'une autre destination, je me suis promené en voiture dans la campagne bordant Cracovie. La campagne y est comme toutes les campagnes européennes, boisée, verte noyée par l'orange de l'Automne et ses feuilles mortes. Les routes sont impeccables et chance pour moi le soleil est ultra présent. Il tranche le vent froid qui m'accompagne.

 

Au détour d'une village parmi tant d'autres, je traverse une étrange manifestation, les gens déambulent sur les routes, des stands sont dressés, c'est la cohue. Je comprend alors que la fête des morts est ici une institution, de la musique, des stands de nourritures, de nombreuses voiture garées sur les fins trottoirs et des centaines de fleurs qui inondent le cimetière au milieu duquel la prêche du curé se fait entendre au travers de hauts parleurs.

 

Je décide de ne pas sortir mon appareil, par pudeur, comme je l'avais vécu en Écosse en traversant ce petit village et en assistant à un authentique mariage écossais.

 

Je reprend ma route direction un château le Tęczyn Castle , petite gloire locale , il en impose sur sa mini colline surplombant la vallée. Le château de Tenczyn est un château médiéval du Jura polonais, situé dans le village de Rudno, après un incendie au milieu du XVIIIe siècle, il es resta dans cet état de ruine.

 

 

 

Il est maintenant temps de récupérer cette fameuse compère et de filer au nord, direction Varsovie. La route est longue, en effet si les routes sont globalement de supers qualités ce ne sont pas non plus les autoroutes Françaises. Si le temps annoncé par Maps est de 3h30 nous mettrons 5h, les 4 voies n'existent pas et les nombreux travaux d’agrandissements ralentissent la masse. Nous serons frappé par la modernité de Varsovie en y arrivant, installations, lumières, buildings, tout paraît neuf.

 

Nous passerons la nuit au Patchwork Hostel, auberge de jeunesse qui porte bien son nom, grouillant de monde et festive jusqu'a tard la nuit...

 

 

VARSOVIE

 

Varsovie est la capitale de la Pologne, la ville a un passé assez lourd à porter, entre le fameux ghetto et la main mise Soviétique. Connue comme la Ville-phénix pour avoir réussi à renaître de ses cendres (84 % de ses bâtiments ont été détruits durant la Seconde Guerre mondiale), Varsovie a connu une croissance spectaculaire au cours de la seconde moitié du xxe siècle et cette croissance a encore été ravivée après le passage de la Pologne à l’économie de marché dans les années 1990. Il en traduit une ville très moderne et qui fait "neuve".

 

Le centre commercial

 

 

Le palais de la culture et de la science offert par Staline.

 

 

 

 

La vue sur la ville y est imprenable

 

 

Ce qui nous a aussi marqué c'est évidemment le prix des consommations, produits et boissons. Evidemment c'est en lien avec le Salaire moyen Polonais ( environ 800€) mais boire une bière a 1€ il faut avouer que cela change.

 

 

 

 

Nous quittons la partie moderne de la ville, direction une partie plus touristique. La vieille ville de Varsovie. Le quartier historique et touristique est organisé autour de la voie Royale.  C'est la  promenade la plus célèbre et plus prestigieuse de la capitale. Depuis le XVIe siècle elle a été utilisée par les rois de Pologne pour se déplacer de leur résidence officielle du palais royal, située à l’entrée de la Vieille ville, jusqu’à leur résidence d’été du Palais de Wilanów, à l'époque située à l’extérieur de la ville. Désormais toute la Voie est incluse dans le périmètre de la ville ; elle sert principalement d’axe touristique et commercial et passe par différentes rues et avenues qui se succèdent.

 

 

 

Au bout de cette avenue se trouve la place de la vielle ville, début des petites ruelles pavée et du Palais Royal de Varsovie qui se visite.

 

 

 

 

 

En se baladant dans les petites ruelles du vieux Varsovie nous croisons la place de la vieille ville justement, magnifique petite place au cœur de la vieille ville, lieux de repos, de spectacles de rue et restauration.

 

 

 

 

 

 

On atterris vers l'ancienne fortification de la ville une des portes d'entrée de la ville aujourd'hui.

 

 

L'occasion de croiser les fameux touristes selfies ;)

 

 

 

 

Il est temps pour nous de quitter Varsovie, nous prenons le direction d'Auschwitz, le tristement célèbre camp de concentration Polonais. C'est une visite assez forte qui nous attend. J'ai eu l'occasion de visite Dachau, même si là aussi l'histoire est assez forte c'était en plein été et paradoxalement le grand ciel bleu et le soleil ne vous donne pas la même image d'un camp de concentration. Pour cette visite là nous somme arrivé en fin de journée, la nuit arrivait, la brume était là, la grisaille et le crachin. C'est malheureusement une donne importante pour rendre ce type d'endroit le plus triste possible, et s'y sentir le plus désagréablement mal.

 

 

Vous pénétrez par la porte principale, la ligne de chemin de fer s'arrête juste devant. Il faut s'imaginer les convois plein de gens, ne sachant pas ce que l'on va faire d'eux arrivant ici, pour un voyage sans retour possible.

 

 

 

Nous prenons le chemin de visite a contre sens pour éviter la foule de badaud, la encore le site est victime d'une forme de tourisme souvenir. Comment savoir qui dans cette foule se sent vraiment concerné par le passé ici.

 

 

 Une fois les baraquement passé, nous passons plusieurs portails, nous atterrissons devant plusieurs ruines, des bâtiments semblant effondrés, ce sont les four crématoire, les chambres à gaz détruites avant le départ des allemands pour effacer les traces de l'horreur.

 

 

 

 

 

Auschwitz est le plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich, à la fois camp de concentration et d'extermination. Le camp de concentration, dirigé par les SS, est créé le 27 avril 1940 à l'initiative de Heinrich Himmler1 ; il est complété par un camp d’extermination (dont la construction démarre à la fin de 1941) et par un second camp de concentration destiné au travail forcé (créé au printemps 1942). Ces camps sont libérés par l'Armée rouge le 27 janvier 1945. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres de masse commis par les nazis et plus particulièrement comme celui de la Shoah, au cours de laquelle près de six millions de Juifs furent assassinés.

 

 

 

 

Nous repartons du camp le cœur un peu lourd, direction Cracovie, nous rendons notre voiture Sixt et partons chercher notre Hôtel. En arrivant de nuit nous traversons le petit parc circulaire qui entoure la ville. L'ambiance feutrés d'une nuit d'automne donnera le ton de notre séjour dans cette superbe ville.

 

 

 

CRACOVIE : 

 

 

Cracovie est une superbe ville de l'est, représentant bien l'image du pays, ses vieux bâtiments, ses rues pavés qui prennent vie à la nuit tombée, sublimées par des lumières feutrés, le silence malgré la foule a peine troublé par des rares voitures et des calèches de touristes.

 

 

 

Seconde ville de Pologne derrière la capitale Varsovie. La variété de son architecture (gothique, baroque, renaissance) est une raison de sa reconnaissance. D'autant plus, que durant la seconde guerre mondiale, elle est restée intacte, c'est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne. Cracovie était, avant Varsovie, la capitale de la Pologne7 et elle est souvent considérée comme le véritable centre du pays avec ses traditions et son passé vieux de plus de 1 000 ans. Elle est le centre culturel et scientifique du pays.

 

 

Notre Hôtel proche de la place principale, cela nous a permis d'arpenter la ville de la porte, le Barbacane ancienne porte fortifiée de la ville à l'ancien quartier Juif devenus quartier tendance, de vie nocturne et du street art. Plus loin l'ancien ghetto juif, entièrement revus où l'on peut trouver la fameuse Usine Schindler. A mi chemin le château de Cracovie domine la ville.

 

 

 

 

La nuit le quartier Juif devient un quartier animé ou les nombreux petits pubs, grand clubs se remplissent et crée ce quartier animé et festif.

 

 

La Grande place principale de Cracovie avec l'ancienne Hôtel de ville, la basilique Sainte Marie et l'église Notre dame.

 

 

 

 

 

 

Les vieilles façades du quartier Juif de Cracovie.

 

L'usine Schnidler, ce n'est pas qu'un film, c'est aussi un musée ultra complet et prenant sur l'histoire en Pologne et la seconde guerre mondiale.

 

 

 

 

CONCLUSION

 

 

Moi qui ai arpenté pratiquement tous les pays de l'Est comme on les appelle, la Pologne n'a pas échappée à ce que je leur reproche à force, cette relative ressemblance. Je suis de moins en moins dépaysé par mes voyages la bas, c'est un commentaire de luxe que j'écris j'en suis conscient. Mais le fait est que maintenait je trouve plus mon compte dans les campagnes, les petits villages, la où se fat la culture, où se perpétue les rites et les coutumes loin des centres villes gangrenés par la culture occidentale. Ainsi de ce voyage je garderais le souvenir de ce village en fête pour la toussaint, ces rues pleines de gens en famille venue fêter leur ancêtres avec des fleurs, des chants et bougies par centaine. Mais je garde quand même un souvenir positif de Cracovie et de son ambiance feutré d'automne et la force de cette image d'Auschwitz dans la brume.

 

 

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Carnet de Route : L'Islande en 2018

May 19, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents

April 28, 2019

December 7, 2018

August 12, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags