Carnet de Route : La République Tchèque

January 3, 2018

Un voyage un peu par défaut je dois le dire, à l'origine la Norvège devait être ma destination, un manque de préparation m'en a dissuadé. Le grand nord ne pardonne pas !

 

Me voila donc à l'aéroport ce 25 décembre 2017, attendant de pied ferme le vol Air France à destination de Prague. SI la ville m'attire je pense être peu dépaysé par la campagne Tchèque, logique, l'Europe Centrale reste l'Europe centrale, comme pour mon voyage en Slovénie ou en Croatie.

 

Vol assez court ( 1h20 ), j’atterris donc à l'aéroport de Ruzyne ( Ou Vaklav Havel ), je récupère une voiture en location ( chez Sixt, finis les loueurs discount ! ) et direction le sud du Pays, la Bohême, et la ville de Ceské Budejovice. Je serais rapidement mis dans l'ambiance, arrivant tard, un gorille aussi souriant qu'un lama en rûte m'ouvre la porte et m'indique l’accueil de l'Hôtel sans un mot ni sourire. Car ce qui m'a vraiment frappé ici, c'est la difficulté de sourire pour une grande partie des Tchèques.

 

  Ceské Budejovicé est la capitale provinciale de la Bohême, elle compte peu de sites à visiter mais l'ambiance à mon arrivé était franchement digne d'un film d'angoisse dans le vieux Londres brumeux. Le but pour moi est d'avoir un point de chute afin de visiter le parc Naturel proche le lendemain. cela dit j'ai pu expérimenter mon premier vin chaud Tchèque, croyez moi au bout de 2 vous êtes deja mal embarqué.

 

 De jour la ville parait plus calme, les rues sont assez vides.

 

 

 Jour 2 : La route du sud : 

Cesky Krumlov

 

Lendemain matin, direction, Cesky Krumlov, petite ville incontournable après Prague, avec son château intact depuis le 17ème siècle inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. La ville de taille modeste vaut uniquement pour sa partie pittoresque, de petites ruelles pavées et de cafés aux moulures en chêne foncé.

 

 

 

 

 Sur la route du Parc Narodni Sumava
 

Sur la route du parc j'ai pu croise des paysages d'hiver assez splendides, toujours peu de monde sur les routes ou aux abords. Le but est de traverser le parc par les hauteurs en faisant des haltes dans les villages alentours.

 

 

 

 

Village de Strazny 

 

Strazny est un petit village frontalier, une seule rue commerçante, des plaine enneigées a perte de vue et une forte clientèle Allemande venant de la frontière pour venir consommer à moindre frais et jouer au Casino.

 

 

 

Parc Narodni Sumava

 

 

Šumava (Národní park Šumava) est le plus grand des parc nationaux (68 064 ha) de la République tchèque. L'objet principal de la protection du parc réside principalement dans le développement de communautés biologiques uniques. Avec un relief parsemé de collines et de vastes plaines qui s’étendent à l’altitude d’environ 1 000 mètres. C’est dans la chaîne de montagne de la Šumava que prend sa source la plus longue rivière tchèque, la Vltava

 

 

 

 

 

Lors de la traversée du parc, j'ai traversé nombres de petits villages, certains dans un état assez délabré et pourtant des gens vivent dans ces maisons aux fenêtres cassées en plein Hiver. Bien sûr pas de misérabilisme prononcé, d'autres maisons sont aussi colorées et bon état, mais cela nous rappel aussi que la République Tchèque est une démocratie jeune et qui a encore besoin d'être développée.

 

 

 

 

La seconde nuit sera à L'Hôtel Victoria de Plzeň. Seconde ville de Bohême par la taille après Prague. Elle a une particularité unique d'être parcourue par de nombreux sous terrains qui méritent le détour à eux seuls. En dehors de cela si la grande Synagogue est magistrale le reste de la ville montre peu de monuments sortant de l'ordinaire.

 

 

 Jour 3 : Direction Karlovy Vary

 

Sur la route pour Vary, je me suis arrêté dans la ville médiévale de Loket Nad Ohré. Logée dans un méandre de la rivière du même nom, la ville a côté très pittoresque et surtout très calme. Le vieux Bourg auquel on accède par un immense viaduc est d'un calme insolent. Célèbre pour sa porcelaine et son château planté sur un éperon rocheux.

 

 

 

(Quoi ma gueule..) 

 

 (la poste du coin, sympathique et acceuillante)

 

 

La ville de Vary, a pris son essor ces dernières années grâce à ses activités Thermales et aussi un énorme investissement Russe dans l'Immobilier. La ville est doté d'immeuble à l'architecture soignée et classe datant pour certains du 18 ème siècle. La ville était le lieux prisé  du Tsar Pierre le Grand pour ses cures personnelles. C'est une ville là aussi très touristiques, les installations ne manquent pas pour vendre aux touristes des petites gourdes en porcelaine, servant à se servir de l'eau chaude directement à la source.

 

 

 Je décide de me rapprocher ensuite de Prague et de passer la nuit dans la périphérie, le lendemain direction L'ossuaire de Sedlec.

 

 

Jour 4 : Ossuaire de Sedlec

 

L’ossuaire de Sedlec est situé dans la chapelle funéraire de Tous-les-Saints du cimetière du monastère cistercien de Sedlec à Kutná Hora.

 

 

L'origine de cet ossuaire remonte à celle de l'église de l’Assomption de Sedlec appartenant à l'ordre cistercien. En 1278, le père-abbé est envoyé en Terre sainte par Ottokar II de Bohême et revient de ce pèlerinageavec une poignée de terre provenant du Golgotha qu'il répand sur la surface du cimetière lequel gagne ainsi une réputation de terre sainte propre à assurer le repos éternel en attendant la résurrection.

En 1348, la peste noire frappe durement la Bohême et cette année-là, ce sont quelque trente mille personnes qui y sont enterrées.

Après les croisades contre les Hussites, une partie du cimetière est supprimée et les os entreposés près de la chapelle funéraire.

 

La chapelle, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est le résultat de la restauration entreprise en 1870 par le sculpteur František Rint de Česká Skalice, commissionné par les princes Schwarzenberg de Worlik, aujourd'hui Orlík nad Vltavou, alors propriétaires du cimetière.

On estime à quarante mille le nombre de personnes dont les restes sont entreposés dans l'ossuaire.

 

 

 Assez étrange de se balader dans cette minuscule église, envahis de sculptures d'un goût douteux, que nos catacombes n'envieraient pas.

 

 

 Retour ensuite à Prague.

 

Jour 5 6 et 7 : PRAGUE

 

Prague est un grande ville, Capitale Européenne à l'histoire riche et tourmentée. On peut l'a diviser en une dizaines de quartiers, certains d'un intérêt moyen et d'autre superbes, avec leur allées pavées et leurs petites ruelles engoncées entre les murs. Mais Prague est aussi une ville touristique, très, lors de ma visite entre les deux fêtes, la ville était outrageusement visitée par de nombreux touristes étrangers. Compliqué de se faire une place pour tenter de tirer le portrait d'une ville entre les smartphones et les selfies.

 

Dans les faits, j'avais fais le tour des principaux sites en une journée et demi, Prague se visite assez bien à pied à qui veut bien marcher mais aussi avec ses nombreux transports en communs. Le reste du temps m'a permis de bien m’imprégner de la culture local et de visiter des sites peu explorés des touristes. Mention au musée du Communisme, ignoré par la plupart des touristes bien plus attiré par le centre commercial à côté.

 

Le Quartier Vysehrad

 

Quartier Résidentiel verdoyant, calme et reposant, il a été érigé au pied d'une citadelle, endroit ou Prague aurait été fondée. On y vient se balader dans son petit parc et explorer le cimetière là où les grands noms de Prague sont enterrés.

 

le Quartier Hradcany

 

 

 

Quartier essentiellement composé de l'immense Château de Prague ( et de ses jardins royaux), dressé au dessus de Vltava, et des nombreux palais résidentiels jusque à l’église Loreta et le monastère de Strahov.

 

Tandis que le château est envahis de touristes, on peut se retrouver parfaitement seul dans certaines rues très proches. Le château Royal est le site phare de la ville, dominé par la cathédrale St Guy, il fourmille de tours, de flèches qui surplombent la ville comme un château de compte de fées.

 

 

C'est le château fort où les rois de Bohême, les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les présidents de la République tchécoslovaque, puis de la République tchèque, siègent ou ont siégé. Les joyaux de la couronne de Bohême y sont conservés. Le Livre Guinness des records l'a listé comme le plus grand château ancien du monde1 ; il s’étend en effet sur 570 mètres de long et 130 de large2.

 

 

 

 

Au détour de la golden street, petite ruelle où habitaient de nombreux artistes et artisans ( ayant élus domicile dans les anciennes maisons des gardes), se trouve une tour carrée, connue pour avoir été la prison du soldat au violon. La légende voudrait qu'avant sa mort il aurait joué du violon dans sa geôle et que la ville entière l'aurait entendu. C'est aujourd'hui une mini exposition des instruments de torture de l'époque. Ravissant.

 

Un peu plus loin, se trouve l'église Loretta avec ses carillons puis le Monastère de Strahov et son impressionnante bibliothèque.

 

 

 

 

Quartier Mala Strana

 

Ravissant quartier de palais datant de la renaissance et de petits jardins, il bénéficie d'un cadre superbe au bord du fleuve. On déambule en passant devant l’église St Nicolas ( lieu de superbes concerts de musique classique), différents musées ( musique, art moderne et du KGB ! ) et il débouche sur le lieu emblématique de Prague, le Pont St Charles. Véritablement bondé de touristes, le pont est très compliqué a photographier vide, hormis au petits matin ou dans la nuit profonde. Trop pour moi. Ses nombreuses statuts longeant sa promenade lui confère une allure de voie royale.

 

 

 

 Dans ce quartier se trouve aussi le mur John Lenon, un mur à l'origine remplis de  revendications, d'odes à la  liberté, avec un portrait de l'artiste. Aujourd'hui recouvert de tag des touristes désireux de laisser une trace de leur passage médiocre, on ne distingue pratiquement plus rien du message d'origine.

 

 Quartiers Staré Mestro et Nové Mesto

 

Ces deux quartiers vont de la vieille ville, le cœur médiéval de Prague, organisé autour de la sublime place Staromestské et la "nouvelle ville", qui n'a rien de nouveau car datant du 14 ème siècle et la place Venceslas lieux de nombreux événements majeurs de l'histoire du pays. C'est aussi dans ce quartier que se trouve la "maison qui danse" et son architecture atypique.

 

 

 

 Le marché de Noël sur la place

 

 

L'horloge atomique de la place principale, et son étonnante mise à jour à chaque nouveaux cycles.

 

 

 

 

 Le début de la place Venceslas...

 

... Et sa fin, avec au loin le musée National, en travaux lors de ma visite.

 

 

La tour de la poudrière, le musée du communisme ( qui est au final le musée de l'histoire du pays), le palais Lucerna et son cinéma d'époque, bijou d'art déco et les sculptures des jardins Franciscains.

 

 

 

 

 

 Sublime bâtiment en pointe de quartier abritant une partie hôtelière et résidentiel la maison qui danse est une oeuvre majeur de l'architecture moderne de la ville. Détonnant complètement parmi les immeubles d'époque et leur façade moulurées.

 

 

 

Les Quartiers  de Vinohrady et Zizkov

 

Quartiers plutôt résidentiels, ils valent surtout pour les rues animées le soir venant, remplis de pubs et discothèques où les jeunes se retrouvent loin de la foule du centre. C'est également le quartier considéré comme le plus "Gay Friendly" ( même si le mariage Homo est autorisé depuis 10 ans en Rep. Tchèque). Au dessus du quartier se trouve un parc donnant vue sur le château Royale et au dessus encore la tour de la télévision, étonnante architecture dominant Prague.

 

 

 Gare principale de Prague

 

 

Le quartier aujourd'hui en cours de rénovation, voit sa population changée, les classes plus aisées y emménage, changeant petit à petit la physionomie des installations. Ainsi l'ancien stade municipale tagué et détruit fait face aux nouveaux quartiers bourgeois.

 Anciens stade Municipale

Prague et plus globalement la république Tchèque est un pays à découvrir sur une semaine, je vous encourage à louer une voiture sur 3 jours et aller au delà de sa capitale. Point de vue essentiel pour comprendre la jeune démocratie de ce pays, à la vie politique encore instable.

 

J'espère que ce petit tripe photographique vous a plu. A bientôt pour d'autres pays !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Carnet de Route : L'Islande en 2018

May 19, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents

April 28, 2019

December 7, 2018

August 12, 2018

Please reload

Archives
Please reload